Comissaires de Pannes

Claude et Jeannot Union Nautique Provençale Marseille Vieux Port

Claude et Jeannot Union Nautique Provençale Marseille Vieux Port

Claude et Jeannot, les hommes forts du Club !

Les commissaires de pannes méritent un coup de chapeau. Ce sont eux qui assurent la maintenance, le grutage et toutes les réparations indispensables dans leurs clubs. Claude et Jeannot, les deux commissaires de pannes bénévoles de l’Union Nautique Provençale, sont de parfaits exemples.

Devenus les hommes de la situation parce qu’ils étaient plus souvent présents sur le quai que les autres, ils continuent à l’être par plaisir et par nécessité. Claude depuis quinze ans, Jeannot depuis presque dix ans. « Ca se fait naturellement, les anciens voient que tu es là tous les jours ou presque, que tu touches un peu au bricolage et que tu donnes la main volontiers.

C’est un travail qui a toujours existé, il faut bien qu’on prenne la relève, sinon, qui le fera ? Mais c’est pas tous les jours de tout repos ! » Pour être un bon commissaire de panne, il faut être débrouillard, disponible et savoir manœuvrer la grue. A partir du mois de mai, le bal du grutage commence, tous les bateaux sont tenus de faire un carénage par an, les commissaires établissent alors une liste d’attente …

Un planning qui prend en compte les sorties de pêches de nos deux passionnés ! Jeannot est très clair: « On le fait volontiers mais on est bénévole, on ne se met rien dans la poche, alors on veut au moins pouvoir gérer notre temps. Ceci dit on s’arrange toujours pour faire plaisir à tout le monde, alors eux, ils respectent quand on veut sortir pêcher. Si c’est un dimanche, on va le faire de très bonne heure, avant de partir et on lui remettra à l’eau le soir à notre retour. C’est facile avec les coques en plastique, en une demi-heure, le bateau est calé sur le ber, c’est plus délicat avec les vieux bateaux » . Mais le carénage ne s’arrête pas au grutage ! Il faut préparer le Karcher, souvent prêter une raclette, du papier de verre, aider à l’amarrage …

Il faut également un peu discipliner les propriétaires: « quelquefois on peut laisser quatre bateaux dehors en même temps, mais il faut que les gens soient sympas entre eux, qu’ils fassent attention en lavant leur coque pour ne pas arroser celui d’à côté qui est en train de peindre … « . Un travail saisonnier, mais intense, qui se rajoute à la liste déjà longue des travaux d’entretien du club et des pannes. Le matin, dès qu’ils arrivent, ils font le tour les bateaux pour vérifier s’il ne faut pas changer une amarre ou la retendre, si un bateau n’a pas été visité … Les corps morts, la plomberie, la peinture, l’électricité sont aussi de leur domaine.

En aucun cas MPM n’intervient, ce que les commissaires de pannes d’ici ou d’ailleurs trouvent injuste. « Ils n’ont jamais mis une personne dans tout le Vieux-Port pour nous aider, jamais ! Nous sommes les seuls à entretenir le plan d’eau, alors si on devait les attendre pour réparer quelque chose, on attendrait longtemps ! »

Les commissaires de pannes sont justement considérés comme des éléments indispensables dans les clubs nautiques et la plupart des propriétaires savent bien que sans eux, et sans cet ensemble de services qu’ils rendent, les clubs seraient de simples garages à bateaux.